L' association
Actualités
Nos dossiers
Reportages photos
Actualités environnement
Lexique
Votre bilan Carbone

La station de captage de Poncey-lès-Athée

Chevigny Environnement visite la station de captage de Poncey-lès-Athée

La station de pompage de Poncey-lès-Athées est en fonctionnement depuis 1930. Elle extrait l'eau dans la nappe alluviale de la Saône par le biais d'une centaine de forages (les nappes alluviales étant localement fuyantes). Elle alimente pour partie l'agglomération dijonnaise et en quasi-totalité les communes situées entre Poncey et Chevigny-Quetigny.

Il n'y a pas de nappes souterraines sur l'agglomération dijonnaise et Dijon, dont les besoins sont de 65 000 m3/jour, est alimenté par le Suzon (Source de Ste Foy : 30% des besoins), la source de Morcueil à Fleurey-sur-Ouche, les captages du champ des Gorgets sur Chenôve et les captages de la Saône sur Poncey. A noter que la source de Morcueil produit 20 000 m3/jour mais est soumise à une turbidité (l'inverse de la limpidité de l'eau) très fluctuante et n'est utilisée que durant 2-3 mois dans l'année. Pour optimiser les apports de cette source, la Lyonnaise des eaux pourrait (à terme) construire une usine de traitement. Site envisagé : Chèvre morte.

Dijon est relié à la station de Poncey par 2 canalisations de 35 km. Une canalisation de 800 mm de diamètre en fonte à joints de plomb (isolés du fluide par un joint de chanvre), et une canalisation de 1000 mm en béton (à lame métallique soudée).

Quelques caractéristiques des installations sur Poncey :

- Capacité de captage/traitement : 60 000 m3/jour, extensible à 100 000 m3/jour. Couvre 25 à 30 % des besoins de l'agglomération. Les pesticides sont éliminés facilement par filtrage sur charbon actif.

- Le champ de captage ne renferme pas de nitrates du fait de la dénitrification biologique intense dans ce substrat du Val de Saône. Aucun cahier des charges n’est imposé aux agriculteurs (excepté l’interdiction de stocker les engrais ) qui exploitent dans la zone du champ captant.

- Les métaux présents : fer et manganèse sont filtrés sur sable. Les boues de fer et de manganèse sont récupérées par rétrolavage et acheminées à la station de Longvic.

- Le chlorage de l'eau est réalisé par du chlore gazeux avant la distribution au départ de l'usine.

Réponses aux questions de Chevigny Environnement

- Y a t'il des risques de pénurie d'eau potable dus à "la sécheresse" ? L'année 2003, sévère en déficit hydrique, n'a pas engendré de problème d'alimentation (mais c'était juste !) Sur Poncey le niveau "étal" de la Saône et de sa nappe alluviale permet de pomper sans risque d'assèchement…

- L'alimentation en eau potable est-elle un frein au développement urbain de l'agglomération ? Oui ; les calculs montrent qu'au rythme actuel de consommation d'eau, il faut prévoir une extension des ressources actuelles à l'horizon 2020 (sur la base d’un accroissement de la population évalué à 12% dans le même temps).

- travaux engendrés par le passage du TGV sur le site ne posent-ils pas des problèmes ? Si ! Le tracé de la ligne a été maladroit, mais les ingénieurs ont pris conscience du problème de pollution. Les 3 piliers d'ouvrage situés dans le champ de captage seront réalisés "hors eau". L’utilisation de désherbants sera interdite sur la voie sur ce tronçon. Réseau ferré de France respectera t-il cette contrainte ?

- Qui réalise les analyses de l'eau distribuée ? Nous effectuons un certain nombre d'analyses, mais c'est la DDASS qui réalise officiellement les prélèvements et les analyses. Aucune analyse ne nous a été communiquée.

- On constate de temps à autre au robinet des pics de chloration de l'eau. Est-ce normal ? Non pour ce qui concerne l'usine de Poncey. Des traitements complémentaires sont peut-être effectués par la SOGEDO ?

Informations complémentaires obtenues à la SOGEDO

L’eau distribuée à Chevigny provient pour 1/3 de Couternon (5 puits de forage) et 2/3 de Poncey (des ajustements se font en fonction des périodes). Le « mélange » se fait au réservoir de Mirande. L’eau de Couternon subit une prédésinfection au chlore sur site. Une 2ème chloration à lieu au réservoir de Mirande.

A Couternon, le paramètre sensible est la teneur en nitrates (quid des pesticides dans cette zone de culture intensive ?). Là encore, il semble qu’aucun cahier des charges n’ait été mis en place en collaboration avec les agriculteurs.

Compte rendu réalisé à partir d'une visite du site conduite par M. Gérôme de Tompsure responsable de la qualité des eaux à la Lyonnaise des Eaux-Suez. le 2 mars 2006.

eau_athee-reseau-2006.jpgeau_athee-visiteurs-2006.jpgeau_athee-BacsSable-2006.jpg
L'alimentation en eau de la Région Dijonnaise
M. Gérôme de Tompsure (à gauche) assure la visite
L'eau brute est filtrée sur des bacs à sable (retient Fe et Mn)
eau_athee-BacsSable-2006.jpgeau_athee-SousSable-2006.jpgeau_athee-VersCharbon-2006.jpg
L'"extérieur" des colonnes à charbon actif (retient pesticides)
Récupération des eaux sous bacs à sable
Réinjection de l'eau filtrée sur colonnes de charbon actif
eau_athee-SousCharbon-2006.jpgeau_athee-Chlore-2006.jpgeau_athee-Degustation-2006.jpg
Récupération de l'eau filtrée sur charbon actif
Ajout et contrôle du chlore
Dégustation de l'eau issue des différentes étapes

Date de création : 13/04/2006 - 15:44
Dernière modification : 04/07/2006 - 14:04
Catégorie :


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Conseil du jour
Recherche



Connexion...
 Liste des membres Membres: 412

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 4

Total visites Total visites: 283042  

Nous contacter
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
67 Abonnés
Accès réservé
Chevigny Saint Sauveur
Météo Chevigny

^ Haut ^